Les acouphènes : bruits parasites, hallucinations auditives

Oreille homme

QU’EST CE QUE C’EST ?

Les acouphènes sont des bruits « parasites » entendus par un individu en l’absence de sources sonores extérieures. Ils peuvent être entendus d’un seul côté ou des deux, être occasionnels ou permanents et s’accompagner ou non de pertes auditives et de vertiges.

On peut distinguer :

  • les acouphènes subjectifs : ce sont les plus fréquents, ils sont perçus uniquement par le patient sous forme de bourdonnements et de sifflements.
  • les acouphènes objectifs : perçus, également, par le médecin, ils sont rares et sont le résultat de sons provoqués par le passage du sang dans les vaisseaux au niveau de la tête et du cou.

Les acouphènes peuvent être précédés et accompagnés d’hyperacousie, soit une hypersensibilité auditive aux bruits de l’environnement ressentis comme gênants ou agressifs.

POURQUOI MOI ?

L’acouphène résulte d’un dérèglement de la transmission du son au cerveau. Ses causes sont multiples et parfois difficiles à identifier. Des acouphènes peuvent survenir après l’exposition à des bruits intenses, comme une musique à forte puissance, ou à la suite d’une baisse normale de l’audition liée au vieillissement de l’oreille.

Mais ils peuvent également être causés par une maladie ou une pathologie comme :

  • un bouchon de cérumen
  • une infection de l’oreille
  • le syndrome de Ménière (maladie chronique de l’oreille interne)
  • une hypertension artérielle – un taux de cholestérol élevé…

Enfin, un acouphène peut se déclarer suite à une prise excessive de certains médicaments, d’alcool ou de drogues. Le surmenage, la fatigue, le stress ou le choc émotionnel sont aussi parfois des facteurs explicatifs.

COMMENT M’EN DÉBARRASSER ?

La gêne, d’intensité très variable d’une personne à l’autre, disparaît souvent spontanément. Quand les symptômes persistent, plus de 24h, il est conseillé de consulter très rapidement son médecin qui pourra orienter vers un ORL, sous les 48h. Ce spécialiste détermine l’origine de l’acouphène pour mettre en place le traitement adapté. Des médicaments peuvent éventuellement être prescrits. Dans certains cas, une « thérapie acoustique d’habituation » permet d’apprendre à tolérer le bruit.

En effet, il n’existe pas de solution miracle, mais progressivement, le sujet apprendra à accepter cette perception parasite, à la mettre à distance et finalement à l’ignorer. Il faut les « apprivoiser ».

« D’expérience, le plus difficile est le fait d’accepter cette situation. »

Il convient aussi de traiter les troubles associés : médication visant à contrôler l’hypertension ou à contrer le trouble métabolique ou hormonal, à traiter le stress, l’anxiété ou la dépression, consulter un ostéopathe, un dentiste…

Conseils pour éviter les acouphènes :

  • éviter l’exposition aux sons forts en portant des protections (bouchons, casques…).
  • éviter l’abus d’alcool, de tabac et d’excitants (café, thé, sodas).
  • éviter la prise de certains médicaments de façon prolongée et à hautes doses comme l’aspirine ou l’ibuprofène.
  • boire beaucoup d’eau et manger sans sel.
  • faire de l’exercice (se dépenser aide à prévenir certaines maladies, comme l’hypertension, qui sont souvent à l’origine des acouphènes), bien gérer son stress (par exemple en pratiquant la relaxation, le taï-chi, ou le yoga).

« Personnellement je me suis mis au jardin. »

AU QUOTIDIEN

L’acouphène peut affecter fortement la qualité de vie. Beaucoup de personnes ont notamment des difficultés pour dormir et se concentrer. Si les acouphènes constituent une gêne, il est conseillé de les couvrir par une musique douce (type relaxation) ou par le tic-tac d’un réveil posé sur la table de nuit.

Il est recommandé d’allumer la radio en cherchant un bruit blanc (par exemple, le réglage entre deux fréquences). Cela facilite le processus d’habituation. Les bruits perçus provoquent souvent des états d’insomnie, d’anxiété et peuvent mener à la dépression. Des personnes très sensibles à certains sons (bavardage, musique forte, son de couverts contre de la porcelaine…), préférant alors éviter les situations sociales, peuvent basculer dans l’isolement. Il est important de ne pas s’isoler et d’en parler, d’apprendre à vivre avec et de positiver afin d’engager un processus de reconstruction de soi même.

Quoi qu’il en soit, pour qu’une bonne évolution se mette en place, il est nécessaire de donner le moins d’importance possible à l’acouphène dans sa vie, de mener une vie normale, de ne rien changer à cause de lui si ce n’est de se protéger des expositions excessives au bruit.

Leave A Reply